Yucatan

Jour 9

8.08.2010

Je me réveille quand le bus rentre à Mérida. Il est environs 9 heures du matin et je suis assez fatiguée avec le voyage et le fait de dormir dans un bus trop climatisé (il faisait parfois très froid). Ça fait plaisir de sortir. Encore une fois dans notre voyage, le paysage a complètement changé. Maintenant nous sommes dans une ville du sud avec des maisons typiques et ambiance tranquilo. Même l’air a une odeur différente. Nous prenons nos sacs à dos et nous marchons une bonne vingtaine de minutes pour rejoindre l’auberge où nous allons dormir ce soir. Les rues, les maisons, tout nous rappelle Valencia. Nous avons même trouvé une boulangerie qui s’appelle Fallera, mais nous n’avons pas réussi à établir un lien entre les deux villes.

En arrivant à l’auberge nous laissons les sacs à la réception car notre chambre n’est pas encore libre, mais nous négocions un petit déjeuner car nous partons demain trop tôt pour en profiter et c’est compris dans le prix. Pas de problème, l’ambiance est vraiment espagnole. Nous prenons nos douches et nous partons pour nous promener dans la ville. Personne ne veut vraiment partir visiter les sites sur la Ruta Puuc, alors nous restons ici pour la journée. Tant pis. Nous commençons par le zocalo, qui est assez sympa et animé comme c’est dimanche. Il y a même un spectacle dans la rue : la Belle et la Bête, avec des acteurs, costumes etc. C’est très convivial. Nous continuons pour trouver la spécialité locale : un hamac pour Ludo et Morgan, et pour finir David en achète aussi un. Le vendeur est très motivé pour nous montrer tous qu’il a dans son magasin, mais les prix sont un peu trop élevés. Comme nous ne pensons pas avoir d’endroit où le mettre en rentrant, nous aidons juste à négocier un peu le prix, mais nous ne sommes pas trop bien placé pour le faire comme tout le monde et déjà prêt à payer. Nous y sortons pour nous balader dans des rues, des marchés alimentaires etc. et ensuite nous rentrons à l’auberge.

Aujourd’hui c’est une journée repos. Nous restons là, profitons de la piscine (dans l’auberge de jeunesse !) et des hamacs qui sont presque partout dans le joli jardin derrière le bâtiment. C’est sympa de nous reposer un peu, avoir du temps pour laver les vêtements, surtout après l’humidité de la jungle (tout pue) et faire une petite sieste au soleil après la nuit qui ne s’est pas trop bien passée. Nous nous installons dans notre chambre qui a six ventilateurs mais pas de fenêtre. L’air à l’intérieur n’est pas terrible. Pour y passer moins de temps nous sortons chercher à manger et acheter quelque chose à boire pour la soirée. Surprise, à cette heure là ils ne vendent plus d’alcool. Alors la soirée n’est pas trop animée, nous restons un peu en jouant aux cartes sur la terrasse de l’auberge et ensuite nous rentrons dans la chambre et nous allons dormir. Ce n’est pas la meilleure nuit encore, il y a plein des moustiques et la chaleur est énorme, car il n’y a pas du tout de moyen de ventiler la chambre. Je m’endors avec difficultés pour une nuit courte car demain nous partons tôt vers la côte.

Jour 10

9.08.2010

Ce n’est pas facile de me réveiller. J’ai mal dormi et c’est presque avec impatience que j’attends de partir d’ici. Nous prenons la douche, faisons nos valises et nous partons pour rejoindre la station de bus. Sur place nous mangeons le petit déjeuner que nous avons acheté hier, car c’était trop tôt pour prendre celui que l’auberge offrait. Nous montons dans un bus pour Chichén Itza, le site maya le plus célèbre. Il n’y a presque que des touristes, même si le bus ne fait que passer par le site. Nous essayons de profiter de l’heure et demi du trajet pour finir notre nuit dans des conditions plus climatisées.

Quand nous sortons du bus le site est déjà ouvert et il y a une file pas mal pour acheter des billets. Et apparemment c’est rien comparé avec la fin de la matinée quand les excursions de Cancun arrivent. Nous laissons nos bagages à la consigne (payante), nous payons nos tickets et le droit d’entrée dans un parc de je ne sais pas quoi d’autre. Pour l’instant c’est le site le plus cher que nous avons visité, ça sent déjà l’arnaque. Nous commençons la visite des ruines, de l’entrée nous pouvons déjà voir la fameuse pyramide de Chichen Itza. Nous la regardons de tous les côtés, mais nous ne pouvons pas monter les marches. Généralement tout est inaccessible pour les visiteurs, nous pouvons regarder les sculptures de loin. Il n’y avait même pas un musée du site pour les présenter de plus près et expliquer ceux que nous avons vu. Les ruines étaient spectaculaires, mais le nombre de visiteurs, les vendeurs de souvenirs qui étaient plus agressives qu’ailleurs, la présentation du site pour rien montrer, tout ça m’a laissé une impression d’être dans endroit où le but est de servir le maximum de touristes et de leur prendre le maximum d’argent sans faire d’effort pour bien présenter le patrimoine. J’ai préféré les sites reculés de Yaxichilan où Palenque. Par contre la chose sympa c’est que partout nous pouvons observer des grands iguanes qui se chauffent au soleil et même n’ont pas trop peur des gens.

Après une visite nous pensons à aller voir une cenote Ik-Kil qui n’est pas si loin d’ici. Nous passons par l’autre sortie du site et nous attendons un taxi. C’est seulement à 2 kilomètres d’ici, mais il n’est pas question de marcher dans la chaleur du midi sur la route sans ombres. Nous attendons avec deux autres français, mais comme il n’y a pas de taxi dans les 5 minutes, Ludo commence à s’énerver. Il y en a enfin un qui arrive et les autres français nous proposent de partager (c’est parfait car nous avons besoin de deux taxis de toutes façons comme nous sommes six). Je propose que les autres les prennent, mais comme Ludo n’a pas l’air de vouloir partir du tout, nous y rentrons avec Simon. Nous négocions le prix et, sur la route, nous envoyons un taxi que nous croisons pour chercher le reste. En arrivant nous nous arrangeons avec le chauffeur et les français sur l’heure à laquelle il viendra nous chercher pour nous amener à la station de bus. Les autres arrivent mais ils n’ont pas envie de nager aujourd’hui. Alors nous nous changeons, nous deux seulement, et nous descendons dans la cenote. Elle est paradisiaque, un rond dans la terre avec la végétation qui descend de 20 mètres de hauteur, l’eau est turquoise et il y a des poissions noirs. Apparemment le système de cenotes de Yucatan est connecté sous terre et les bêtes circulent entre elles. Le chauffeur de taxi nous avait dit qu’elle a 30 mètres de profondeur. Il y a des gens qui sautent d’une roche dans le bassin alors j’essaye aussi, mais j’ai un peu peur. Les deux américaines m’encouragent et nous sautons ensemble. Pour la deuxième fois je prends Simon avec moi. La baignade est simplement magnifique. Enfin l’heure de partir arrive est nous rencontrons notre taxi et, ensuite, nous prenons un bus pour Tulum. La route est ennuyante (une heure et demie tout droite) et je suis contente d’arriver. Nous prenons des taxis pour rejoindre notre hôtel, qui se situe au bord de la plage. Quand nous arrivons, le monsieur à la réception nous dit : complet. J’ai un peu de stress mais je dis dans mon excellent espagnol, que j’ai réservé, et il repend : »Marta ! ». Je suis connue ici ! Nous nous installons dans les très rudimentaires mais très charmantes cabanes sur la plage. Dedans il n’y a que des lits avec des moustiquaires, un ventilateur et même le sol est de la terre battu. Les douches communes sont froides, mais avec la chaleur qu’il y a, c’est même sympa.

Nous nous changeons vite pour prendre un bain dans la mer turquoise et ensuite nous mangeons un dîner dans un restaurant de l’hôtel. Nous prenons une bière avec David et Julien mais Morgane et Ludo préfèrent aller dormir. Après une promenade de nuit sur la plage, les gars partent aussi et nous y restons tout seul avec Simon. Il fait calme et c’est très romantique. Nous prenons un bain de nuit et nous regardons les étoiles. Ensuite nous allons dans notre cabane et nous nous endormons.

Jour 11

10.08.2010

Nous nous réveillons assez tôt car ils coupent l’électricité ici à six heures et les ventilateurs s’arrêtent. Nous mangeons un petit déjeuner dans le restaurant de l’hôtel. Ensuite, comme les autres font les valises, Simon et moi, nous prenons un bain dans la mer. C’est magnifique, la couleur m’impressionne encore et la température est très agréable, comme dans une baignoire. Vite nous sortons et prenons une douche froide, mais avec la chaleur dehors, ça fait plaisir. Nous prenons nos sacs à dos et nous partons pour le site de Tulum – les dernières ruines que nous allons voir pendant ce voyage.

La marche nous prends environ 15 minutes et nous laissons les bagages à l’entrée. Le site est moins impressionnant que tous les autres que nous avons vu mais le cadre est magnifique. Les ruines se situent au bord d’une falaise, la mer turquoise murmure en bas et les iguanes se promènent partout. Nous prenons des photos et nous nous reposons un peu car la chaleur a déjà bien monté.

J’achète enfin des cartes postales pour envoyer en Europe. Il suffit de trouver du temps pour les écrire – ce n’est pas évident. Nous résistons à la tentation d’une baignade et, comme la foule commence à arriver, nous quittons le site pour prendre un bain dans des eaux beaucoup plus froides. Nous prenons des taxis pour aller à une Gran Cenote. Comme la cenote Ik-Kil, c’est un trou dans des roches rempli d’eau fraiche. Celle-là est par contre plus sauvage, bien sûr il y a des vestiaires et location d’équipement snorkeling (tous payant en plus). Il n’y a pas trop de monde, nous nous changeons et nous nous installons au bord d’une passerelle. L’eau est très froide, ce n’est pas facile d’y entrer. Ça me prend un long moment avant que je me décide à submerger, mais après ça va mieux. Nous nageons autour pour découvrir ce labyrinthe de roches et de végétation. Nous empruntons une masque et un tuba pour voir mieux ce qui se passe sous l’eau : les stalagmites et stalactites, le jeu de lumière. C’est formidable. Au bord de la cenote il y a des tortues qui se chauffent au soleil. Tout le monde prend du temps pour bien profiter du lieu et nous gardons nos affaires à tour de rôle. Nous y restons pas mal de temps, nous nous reposons après l’effort et nous nous réchauffons au soleil.

Après nous prenons des taxis pour nous amener à la route départementale qui longe la côte. Là nous prenons un minibus pour Playa del Carmen où nous allons dormir cette nuit et les deux suivantes. Le bus s’arrête un peu partout mais, enfin, il arrive à Playa. Notre auberge n’est pas loin et nous nous installons dans notre chambre. David se sent mal, il a souffert d’une gastro tout le voyage et visiblement ça ne s’améliore pas. Il va dormir tout de suite. Nous partons pour la plage et une petite baignade. Ce n’est pas le même sable qu’à Tulum, ça se voit qu’il y a beaucoup de gens qui viennent ici. Mais la mer est toujours très chaude et ça fait plaisir de nager un peu. Ensuite nous prenons une douche et nous partons pour voir le centre ville (qui est une longue rue piétonne avec des magasins de souvenirs de chaque côté). La chose drôle ici c’est que tous les prix sont affichés en dollars américains, pas en pesos.

Nous devrons chercher loin de la zone piétonne pour trouver un distributeur qui donne des pesos. Nous constatons aussi qu’aucun des restaurants de la zone piétonne ne rentrent pas dans notre budget. Alors Ludo et Morgane décident d’acheter quelque chose dans un supermarché et moi, Simon et Julien nous cherchons un restaurant en dehors de la zone piétonne. Vite nous en trouvons un avec des prix corrects qui sert de la cuisine typique mexicaine sur la terrasse. C’est sympa et les plats sont bons mais très épicés. Après nous faisons encore un tour du centre la nuit et nous rentrons à l’hôtel. Nous nous préparons pour demain alors nous allons nous coucher tôt pour aller à Isla Cozumel faire un baptême de plongée. Enfin nous allons dormir.

Jour 12

11.08.2010

Nous nous réveillons tôt car à huit heures nous prenons un bateau pour aller à Isla Cozumel. Aujourd’hui c’est l’anniversaire de David et nous avons décidé de lui payer le baptême de plongée comme cadeau. Malheureusement il se réveille dans un état encore pire que la veille. Il va quand même avec nous à l’embarcadère (qui n’était pas trop loin). Là nous achetons les billets aller-retour et nous attendons l’embarcation. Le voyage dure environ 30 minutes. Une fois sur l’ile, nous prenons des taxis pour aller à Papa Hog’s Dive Shop. Nous sommes très bien accueillis là-bas et nous remplissons un questionnaire sur notre santé. David a décidé de ne même pas commencer le cours, mais nous cinq nous nous préparons pour rentrer dans l’eau.

Nous prenons l’équipement. Les palmes, masques, bouteilles et plein d’autres choses. D’abord nous devrons transporter tous ça au bord de l’eau – ce n’est pas facile surtout avec la bouteille qui pèse une tonne. Un fois dans l’eau, l’équipement semble plus léger. Notre instructeur est un canadien et il nous explique en anglais toutes les choses que nous avons besoin de savoir avant de commencer une vraie plongée. Comme ça nous apprenons à vider le masque quand il y a de l’eau dedans, à décompresser les oreilles, à trouver le BCD quand il sort de notre bouche sous l’eau etc. A cette étape Julien a déjà des problèmes avec la décompression alors il ne continue pas car ça peut être dangereux. Nous restons à quatre et nous nous préparons à descendre sous l’eau à partir de la plage. C’est une sensation bizarre : je ne sens pas la gravité, il y a de l’eau partout mais la respiration est très facile (et avec un bruit de Darth Vader continue).

Nous descendons lentement et nous faisons un tour de la petite baie. Nous voyons un grand groupe de poissons jaunes et quelques un d’autres couleurs. Enfin nous remontons à la surface. Là nous découvrons que Morgane a ???. Ensuite notre instructeur nous propose de continuer l’expérience sur le récif. Nous sommes partant mais Ludo ne veut pas et Morgane non plus car elle avait des problèmes pour descendre et qu’elle a galéré pour rester sous l’eau. Ce ne sera donc que pour nous deux. Ils nous changent les bouteilles et nous montons dans un petit bateau qui nous amène en une vingtaine de minutes sur le site de plongée. Nous sommes avec des autres plongeurs qui travaillent dans le centre. Le plus difficile est de se soulever avec la bouteille attachée au dos et de s’assoir au bord du bateau. Une fois cela fait, il reste à se jeter le dos en arrière et plouf! je suis dans l’eau. Ensuite nous descendons sous la direction d’un des autres plongeurs. Un d’entre eux me tiens tout le temps la main et j’ai besoin de quelques minutes pour lui prouver que je peux nager moi-même. De la trentaine de minutes que nous avons passé sous l’eau, je ne me rappelle pas grande chose. J’étais tellement émotionné que la mémoire me fait une blague. Je sais que nous avons suivi l’instructeur et je me rappelle de quelques poissons qu’il nous avait montré : une murène noire sortant de sa cachette, un poissons qui ressemble à un caillou etc. Un moment Simon m’a montré du doigt le dessus de notre tête et j’étais surpris par la profondeur auquel nous avions descendu. J’ai pris quelques photos et les autres plongeurs ont pris quelques photos de nous. Enfin le temps est arrivé pour remonter. Nous avons suivi notre instructeur en nous arrêtant quand il a dit de faire un palier. Nous revenons au centre en bateau, nous nettoyons l’équipement et c’est fini pour notre première expérience sous-marine. Dommage, car j’en veux plus !

David, Ludo et Morgane décident de rentrer à Playa et avec Julien nous louons des vélos et nous visitons un peu l’ile. Nous nous arrêtons en chemin pour faire un peu de snorkeling – il y a plein de poissons partout. Nous louons une chaise-longue sur une plage chic et les gars ont la chance de voir un barracuda en faisant du snorkeling. Moi, je n’ai rien vue. En rentrons nous nous arrêtons dans un bar de plage où nous prenons une bière et nous faisons encore du snorkeling. Je pense que c’est un des site les meilleurs d’aujourd’hui. Il y a plein de coraux et des poissons. Bien sûr j’ai mis mon pied là où il ne fallait pas et un corail m’a brûlé et cela fait très mal. Je l’ai encore ressenti même un mois après. Au bar ils avaient un spray qui m’a soigné un peu. Enfin nous rentrons à la ville, nous rendons les vélos et nous prenons un ferry pour Playa. Nous ne rentrons pas tout de suite car c’est l’anniversaire de David et nous voulons préparer quelque chose. Nous lui achetons un sombrero énorme et un muffin de Starbucks. Le problème : les bougies. Les locaux nous dirigent vers un supermarché Wall Mart où nous arrivons à les trouver. En arrivant à l’hôtel nous nous rendons compte que nous avons oubliés d’acheter des allumettes. Heureusement le propriétaire est là et il fume. Nous rentrons avec un cadeau et le gâteau, David dort mais il se réveille et comme ça nous réussissons à passer une bonne soirée ensemble malgré sa maladie.

Jour 13

12.08.2010

Nous nous réveillons et nous mangeons le petit déjeuner à l’auberge. Les maillots de bain enfilés, nous prenons un minibus pour rejoindre une plage à Akumal, une petite ville entre Playa et Tulum. Nous y arrivons après environs 20 minutes de voyage mais le conducteur nous dépose au bord de la route nationale et une marche d’une bonne vingtaine de minutes est necessaire pour arriver à la plage. Là-bas nous louons deux gilets de sauvetage, ils sont necessaires pour faire du snorkeling avec les habitants de cette plage – les tortues de mer et les ray mantas. Ils viennent ici pour manger car il y a des algues au fond de la mer, mais les règles de protection sont strictes, nous ne pouvons pas entrer dans l’eau sauf avec un gilet pour ne pas les déranger. Le prix est un peu abusif – 10 dollars par pièce et nous décidons d’aller seulement deux à la fois. Nous nous installons sur la plage – encore une autre merveille – avec des palmiers. C’est super de se reposer dans l’ombre des arbres et profiter de la plage sans le risque d’être brûlé par le soleil de midi. Nous entrons dans la mer à tour de rôle, d’abord Ludo et Morgane, ensuite nous.

Nous passons pas mal de temps avant de voir quelque chose mais nous arrivons finalement à nager quelques instants avec des tortues et une ray manta. Nous rentrons à la plage pour donner la chance aux autres de regarder ces créatures magnifiques. Mais David n’aime pas trop ne pas avoir pied dans l’eau et il n’entre pas. Julien va seul et nous nous reposons dans l’ombre. Ça fait plaisir de se poser un peu après un voyage rythmé depuis 13 jours, nous méritons un peu de repos. Plus tard, nous trouvons une manière de prendre une meilleure vue des tortues – nous la suivons jusqu’à ce qu’elle soit obligée de sortir à la surface pour prendre de l’air. Là nous pouvons la voir de très prés. Simon a réussi à convaincre David de se jeter à l’eau et ils passent ensemble pas mal de temps dans la mer. Simon sort brûlé aux épaules et nous nous installons dans l’ombre. L’après-midi nous voulons bouger un peu et aller voir une réserve marine qui n’est pas trop loin d’ici mais les autres n’ont pas envie de dépenser plus alors nous y allons seuls. Après un petit moment de doute si ça valait le coût nous nous arrêtons dans un bar sur la plage pour prendre un verre de Sprite et faire du snorkeling. Malheureusement il n’y a pas grande chose à voir et nous décidons donc de continuer vers la réserve Yal-Ku. Celle-ci est une lagune avec au fond des gros caillots qui paressent dorés. Le prix d’entrée est élevé, comme tout ici, mais le snorkling là-bas est sublime. L’eau est transparente, réfléchissante, les poissons sont partout et en grande diversité, et ce n’est pas seulement pour eux que cet endroit est splendide – les roches sont un spectacle en elles-mêmes. Nous sommes obligés de sortir 1h30 après, mais nous regrettons de quitter cet endroit si vite. Nous rentrons à pied jusqu’à la route principale.

Cela prendra environs 40 minutes, mais l’air frais de la soirée et le couché de soleil en font une expérience romantique et paisible. Le minibus arrive vite et nous rentrons à notre auberge de Playa. Après une douche, nous rejoignons Julien et Morganne pour sortir manger dans le même restaurant que la veille. Après avoir raccompagner Morgane à l’hotel nous partons à la recherche d’un lieu où passer la soirée. Un bar sur la plage fera finalement l’affaire pour déguster un cocktail. C’est sympa, nous discutons et, après une addition salée, nous rentrons à l’auberge. Demain c’est notre dernière journée au Mexique.

Jour 14

13.08.2010

Nous nous apprêtons à partir d’ici, ça nous a plu de rester à un seul endroit plusieurs jours mais il faut aller à Cancun pour prendre l’avion du lendemain. Nous finissons de faire nos valises et direction la station de bus. C’est du luxe cette fois car nous ne sont pas obligés de chasser les minibus. Le voyage dure une heure et nous arrivons à la gare routière de Cancun. Nous arrivons à l’auberge mais ça nous a pris plus de temps que prévu car nous nous sommes un peu perdu dans le dédale des rues de Cancun. Nous passons par des zones d’habitations des mexicaines qui travaillent ici et ça n’a rien de glamour. La chambre est bien et nous y prenons nos quartiers avant de partir à la découverte de la ville. Nous mangeons des sandwiches dans un bar et Ludo et Morgane vont au supermarché. Ensuite nous nous rencontrons et décidons quoi faire. Les autres veulent aller à la plage mais Simon est brûlé et nous sommes un peu fatigués. Ils partent pour la zone hôtelière et nous restons dans la ville à la recherche des souvenirs pour la famille: des bouteilles de tequila feront l’affaire. Nous envoyons aussi des cartes postales (mieux vaut tard que jamais) et nous nous baladons un peu. La journée passe donc tranquillement. Quand les autres rentrent nous découvrons qu’ils ont déjà mangé. Nous n’attendons pas plus et nous sortons pour prendre le dernier repas mexicain. Nous trouvons un restaurant pas loin où il n’y a que trois couples de locaux. Un chanteur est responsable pour l’animation cette soirée. Il semble penser qu’il est Enrique Iglesias, il prend ce boulot au sérieux et on se croyait comme dans un concert d’une star. Après chaque chansons il est fortement applaudi par un couple à la table juste devant la scène, probablement ses parents… Ça ne le dérange pas que 2 personnes de son “public” (qui en comptait 6) soit sortie en plein milieu de sa performance. Nous mangeons et rigolons bien en nous moquant de lui un peu. Ensuite nous rentrons à l’auberge et je vais dormir. Simon raconte à David, qui se sent déjà mieux, l’histoire de notre Iglesias et ils décident de partir pour voir ça. Moi je m’endort et eux ils rentrent bien plus tard sans voir vu notre ami mais en ayant discuté beaucoup.

Jour 15

14.08.2010

Les autres partent très tôt parce que Ludo a peur de louper l’avion et il a décidé d’arriver à l’aéroport deux heures avant le début de l’enregistrement des bagages. Ils prennent une navette à 7 heures du matin. Nous avons décidé hier de partir plus tard pour bien dormir avant le grand voyage. Nous nous réveillons à 9 heures et nous prenons un petit déjeuner offert par l’auberge. Ensuite nous prenons un taxi collectif qui nous amène à l’aéroport où nous enregistrons nos bagages tout de suite. Puis il nous reste deux heures à nous ennuyer à mourir en attendent un vol pour Mexico. Nous embarquons enfin et une heure plus tard nous arrivons à Mexico. Nous avons encore quatre heures avant notre vol pour Paris et nous allons donc manger dans un restaurant italien avec David et Julien. L’avion est en retard et tous le monde est fatigué. Enfin nous pouvons embarquer et nous nous préparons à passer un dernier effort avant d’arriver en France. Le vol se passe sans problème, les seules choses intéressantes sont les écrans interactifs que nous n’avions pas eu à l’aller et une lutte pour les glaces. Nous arrivons à Roissy et nous allons chercher nos bagages. Elles n’arrivent pas et après un long moment le tapis roulant arrête de tourner et nous nous retrouvons les seuls six à attendre. Au bureau des bagages perdues nous sommes informés que nos valises sont bien arrivés en France mais elles étaient adressées à Bruxelles Midi. Et comme de Paris à Bruxelles c’est en train et pas en avion elles sont tombées en “erreur”. Super. Nous faisons vite la déclaration et nous courons pour attraper un Thalys. Nous y arriverons quelques minutes avant le départ et nous sommes parti pour la dernière étape de notre voyage – longue, lente et fatigante. Enfin le soir nous sommes arrivé à la maison à Thionville. Crever mais heureux de ce voyage incroyable de dépaysement, de découvertes et de bon moments passés entre amis.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s