A travers les déserts du sud

Le vol vers Windhoek est passé vite et au petit matin nous arrivons enfin, après des mois d’attente, en Namibie. Nous sommes accueillis par un froid glacial – pas un bon début pour nos vacances camping. Dès l’arrivée dans l’agence de location de voitures il y a déjà des problèmes : avec la limite des cartes, avec le paiement et surtout avec la personne du service client qui n’a pas envie de nous aider. Nous sommes contents de partir enfin, en route pour Sosussvlei. Bon, après un bref passage par le supermarché et la pompe à l’essence.

La première partie est cool, la route d’asphalte est en bonne état et, heureusement, il n’y a pas beaucoup de trafic. Ça nous donne le temps de s’habituer à la nouvelle voiture et à rouler à gauche. Le plus perturbant ce sont les clignotants qui sont inversés – nous signalons toutes nos manœuvres avec les essuie-glaces! Ensuite nous sortons de la route principale et, avant de se mettre sur la route en gravier, nous dégonflons les pneus. Que l’aventure commence ! La première journée est pleine d’émotions, les paysages sont époustouflants et nous faisons nos premières rencontres avec des animaux sauvages (des antilopes pour l’instant). La route est longue, mais quel plaisir de conduire dans ces conditions !

A l’arrivée au camping nous voulons aller voir le couché de soleil sur les dunes les plus proches. C’est raté car nous arrivons trop tard, mais le spectacle des couleurs est toujours inoubliable : le rouge intense du sable, le jaune de la prairie et le violet/bleu des montagnes et du ciel. De retour dans le camping, il fait déjà nuit. Nous déplions donc notre petite maison pour la première fois dans l’obscurité totale (suite à une panne d’électricité, la lampe sur notre emplacement ne marchait pas une bonne partie de la soirée). Novices au camping, nous sommes aidés par un guide sud-africain d’un emplacement voisin pour allumer notre premier braai avec du bois.

Le lendemain, après une nuit bien reposante nous nous réveillons longtemps avant le soleil pour se préparer et être à l’entrée du Parc 30 minutes avant le levé. Une bonne surprise : il fait beaucoup plus chaud que la veille à Windhoek, mauvaise surprise : plier la tente avec deux couvertures en plus à l’intérieur et dans le noir n’est pas facile. Finalement nous partons avec 5 minutes de retard par rapport aux autres et nous fonçons pour arriver à la Dune 45 avant que le soleil ne se lève. Nous avons de la chance et les premiers rayons nous attendent à mi-chemin vers le sommet. Nous nous reposons et assistons à ce spectacle merveilleux de couleurs, même la présence d’une cinquantaine des personnes ne nous gâche pas ce moment.

Le spectacle fini, nous continuons vers le Sossusvlei, les derniers kilomètres se font sur une piste 4×4, Simon s’amuse à conduire la voiture dans le sable. Avec du sable plein les yeux, nous montons une des dunes : Big Mamma. L’impression de solitude est totale. Nous poursuivons avec une petite balade dans le désert vers les lacs asséchés : Dead Vlei et Hidden Vlei (qui porte bien son nom, il est tellement bien caché que nous ne rencontrons personne sur le chemin). L’endroit est magique est c’est un petit peu à conte-cœur que nous sortons du Parc – direction Naukluft Mountain Zebra National Park.

Là, le camping est beaucoup plus petit, au bord d’une rivière et au pied d’une falaise. Et c’est infesté par les babouins – nous sommes prévenu qu’il faut tout cacher, au risque de se faire voler nos affaires. La preuve qu’ils n’exagèrent pas – après une dizaine de minutes sur place, un groupe de singes cours vers les falaises emportant des chaussettes rouges d’un autre locataire du camping. Nous faisons gaffe alors, mais nous arrivons quand même à nous mettre en danger à cause d’une tête de gazinière défaillante. Heureusement un français d’une place à côté était réactif et il nous aide à éteindre la bouteille de gaz en feu. Sans victimes cette fois.

Au petit matin nous partons pour une randonnée de 10km  dans les montagnes – l’Olive Trail. Le début est très fructueux, Simon aperçoit un troupeau de zèbres de montagne. Moi je ne vois jamais rien, alors j’ai juste eu un coup d’œil rapide des fesses rayées. Les panoramas sont époustouflants, on se croirait dans les montagnes d’Arizona. La montée est assez dure mais dans le petit froid matinal nous avançons d’un bon pas. Ensuite, après une partie sur le plateau, le chemin nous amène dans le lit séché d’une rivière. Par deux fois nous rencontrons un groupe d’animaux bizarres – les dassies. Malgré sa petite taille il s’agit de l’animal le plus proche de l’éléphant au niveau de leur ADN, selon notre guide… La descente est aussi dure que la montée et ce n’est pas fini. Nous devons escalader une roche  contournant un puits d’eau en ayant pour unique appuie une chaine. Épuisés, nous parcourons encore un kilomètre de descente sur des énormes rochers, parfois de 3 mètres de haut. Nous sommes très heureux d’arriver à la fin de ce parcours, mais satisfais de le finir avec un bon temps (4h). Tout à la fin nous apercevons des kudus et des petites antilopes qui font de drôle de bruit.

Ravitaillés, nous partons en route pour Swakopmund. Nous traversons le tropique de capricorne – un arrêt photo obligatoire. Au début la route est très chouette, elle vous emmène à travers les prairies et les collines habités par les « pumbas », autruches et antilopes. Ensuite elle passe par un désert gris plein des cailloux et c’est un soulagement d’arriver à Walwis Bay, puis à Swakopmund.

Nous trouvons un camping classe, avec un gazon et une salle de bains privée. Nous nous promenons en ville, admirons le couché de soleil sur l’océan de la jetée et faisons des petits courses.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s